Internet est un terrain favorable pour l’escroquerie. Elle se manifeste soit par email soit sur des sites douteux. Découvrez ci-après les manifestations fréquentes d’escroquerie sur Internet et les solutions à prendre si vous avez été victime d’une escroquerie.

L’email, un moyen fort utilisé par les escrocs

Deux types d’arnaques sont effectués par email, dont le phishing et le scam. Le phishing appelé également hameçonnage consiste à vous envoyer un email vous demandant vos données personnelles comme le numéro de compte bancaire ou de carte bleue ainsi que votre mot de passe. Pour y parvenir, l’escroc usurpe l’identité de votre banque, votre fournisseur d’accès ou votre compagnie de téléphone ou d’assurance. Ne répondez jamais à ce type d’email et ne cliquez sur aucun lien proposé par l’envoyeur. Le scam pour sa part et un email inconnu vous proposant une grande somme d’argent qu’il peut débloquer avec votre aide. En effet, vous devez lui avancer les frais pour le déblocage, mais jamais il ne vous enverra la somme indiquée. C’est une arnaque !

Les sites de vente douteux gagnent du terrain

L’autre type d’arnaque qui gagne du terrain est les sites de vente douteux. Sachez qu’il est très facile de créer un site de vente. L’escroc n’a qu’à présenter des produits fictifs pour vous attirer. Vous payez, mais les produits ne seront jamais livrés. Comment reconnaître un site de vente douteux ? Les offres sont très alléchantes avec des prix maigres pour vous attirer dans le filet. Comparez toujours les prix avec ceux des concurrents pour vous en faire une idée. Privilégiez les sites hébergés en France. Dans tous les cas, effectuez une recherche sur le nom de site et voyez les commentaires et les avis des clients. Méfiez-vous toujours des sites très récents.

Que faire si vous avez été victime d’une arnaque ?

Si vous avez été victime d’une arnaque, la première chose à faire est de faire une opposition sur votre carte bancaire. Ensuite, portez plainte pour vous faire rembourser ou dédommager. Puis, signaler l’escroquerie sur le site dédié du gouvernement. Maintenant, il faut mettre en garde les autres consommateurs en étalant les faits sur le site spécialisé pour les victimes de cybermalveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *